Mamie m'a dit ...

   L'humeur de la semaine ...

 

Les jeunes de La Mennais ont organisé une soirée couscous ce vendredi soir. Dans une ambiance africaine qui sied à ce plat (musique, danses, sketches, ...) et qui convient aussi au but de cette soirée : récolter des fonds pour fournir et installer des cuiseurs solaires dans une bourgade du Burkina Faso.

Cuiseurs solaires ? Oui, des cuiseurs, pas des fours. Des caisses de bois assez grandes pour recevoir une marmite, tapissées intérieurement de feuilles d'aluminium et fermées d'un couvercle incliné et double-vitré. Vous voyez l'effet ? Un effet de serre, pour la bonne cause ici : les petits rayons solaires - qui ne manquent pas dans la région - traversent la vitre pour Ítre absorbés par la marmite - noire, de préférence - directement ou après réflexions multiples sur les parois. Et elle a le temps de réfléchir, la lumière, puisque, quelque peu perturbée par ses différentes rencontres à l'intérieur de la caisse, elle ne peut plus s'en échapper ...

Mais pourquoi des cuiseurs solaires ? Pas pour faire des économies de gaz ou d'électricité puisque même si le Burkina en avait, ses habitants ne pourraient pas se les payer ! Non, pour économiser tout basiquement le bois, et le temps perdu par les femmes pour son transport. (Les femmes, pas les hommes, ces travaux-là sont pénibles et ne nécessitent pas d'ingéniosité particulière, n'est-ce pas ?)

En revenant de cette soirée, je me suis dit dans ma Ford intérieure que ce qui valait pour le Burkina devait être bon pour nous. Bien sûr, nous, nous avons les moyens d'acheter l'énergie nécessaire à nos trains de vie, à nos Trains de Grande Vie. Mais, au train - un autre train, plus réel - où vont les choses, l'énergie achetable risque de se faire de plus en plus rare et de plus en plus chère, d'une part, et l'argent pourrait bien tomber rapidement dans des escarcelles plus méritantes que les nôtres, d'autre part.

Alors, il faudrait sans doute déjà penser à des modes de vie moins énergivores. Utiliser le soleil pour la cuisson de nos aliments ? Inventer des pièges à froid pour leur conservation ? Construire des pièges à vent, à pluie pour le lavage, le séchage des vêtements ? Les énergies naturelles sont énormes, mais elles travaillent lentement la plupart du temps. Heureusement pour notre sécurité, et malheureusement pour notre confort énergétique. Peut-être alors apprendrons-nous ce que les Burkinabés savent déjà : être patients ...

 
   
Accueil
jherig@club-internet.fr
 Mot exact  Résultats par page
    
Créé le 15.02.1999
LE FORUM DE MAMIE